TRAVAUX D'ÉCOLES

VALLÉE DE LA SEINE, 6 TRAVAUX, 4 ÉCOLES

Le CAUE des Yvelines vous présente six travaux d’écoles en Vallée de la Seine Yvelinoise. Dans la lignée des enquêtes territoriales proposées par Bruno Latour, ces travaux de différents formats, nous aident à trouver, dans un contexte de changement climatique, « Où atterrir ».


 

De 2019 à 2021, en contexte de crise sanitaire aigue, la vallée de la Seine en aval de Paris, dans les Yvelines, est devenue un terrain d’attention et d’étude privilégié pour les étudiants des écoles nationales supérieures d’architecture de la Région IDF assignés à résidence sur le territoire francilien.

Les étudiants de l’école nationale supérieure de paysage de Versailles, quant à eux, régulièrement mobilisés depuis 2015, dans le cadre du Contrat de plan interrégional État-Régions Vallée de la Seine (CPIER), interrogent les qualités paysagères « monumentales » et « résilientes » de la vallée de la Seine dans un contexte de changement climatique.
 
De 2020 à 2022, le CAUE des Yvelines a été sollicité sur six travaux d’écoles de différents formats pour, dans la lignée des enquêtes territoriales proposées par Bruno Latour, nous aider à trouver « Où atterrir ?» et chercher des réponses aux questions de plus en plus pressantes qui se posent à nous : À quel territoire appartenons-nous ? Qu’est-ce qui le définit ? À quoi sommes-nous attachés ? Quelles valeurs et ressources assureront son évolution ?
 
À l’issue de ces dernières années studieuses, nous sommes très heureux de proposer aux étudiant(e)s de saisir avec nous l’opportunité de la deuxième Biennale d’architecture et de paysage d’Île-de-France (Bap !) pour faire connaître leurs propositions constructives.
 

Photographie : Les étudiants sur le terrain @Alexis Fesquet

separateur
separateur
separateur