Facebook
  • Portail documentaire
  • ABCdaire du particulier
  • L'observatoire des CAUE
  • Ekopolis
CAUE 78 - Conseil d’Architecture, d’Urbanisme et de l’Environnement des Yvelines
Retour sur...

La rénovation énergétique des copropriétés

Son poids dans la diminution de la consommation nationale ayant été démontré, la rénovation énergétique du parc de bâtiments existants fait désormais figure de priorité. Au sein du parc national, les copropriétés représentent 45% des logements comptabilisés. Dans les Yvelines, on en dénombre 9200 environ*. Toutes sont confrontées au tournant énergétique. Quelques pionnières l’abordent frontalement. D’autres peinent davantage à mettre la question à l’étude, ou ne se sentent pas encore concernées. Et tandis que le nombre de copropriétés euphémiquement « dégradées » ne cesse d’augmenter, le rapport Braye « Prévenir et guérir les difficultés des copropriétés ** » atteste d’une volonté publique d’intervention un peu plus en amont de l’urgence.
Conscient de l’importance du sujet, le CAUE, soucieux d’informer un public plus large que celui qui le sollicite pour des missions de conseil, a organisé deux premiers débats sur la rénovation énergétique des copropriétés. Le premier à Triel-sur-Seine en novembre dernier, le second à Meudon-la-Forêt, fin janvier.
La première manifestation était l’occasion de faire un point sur les modifications apportées au contexte réglementaire par la Loi Grenelle 2 et ses décrets, encore attendus pour la plupart : modification des règles de majorité de la loi de copropriété de 1965, « décret fenêtre », diagnostic de performance énergétique, et éco-prêt à taux zéro collectif***. Cette soirée mettait en avant le besoin d’accompagnement des syndicats de copropriétaires en recherche d’informations fiables, de méthodologies, et d’aides financières pour se lancer dans la transformation de leurs bâtiments. Pour le CAUE, il s’agissait également d’attirer l’attention sur un oubli fréquent : celui de l’architecture.
Quand le bâti à rénover n’est pas préalablement reconnu dans ses caractéristiques urbaines et architecturales, sa rénovation est le plus souvent abordée comme une prestation technique, mesurée à l’aune d’une performance thermique et d’un gain économique.
Une autre posture consiste à prendre conscience des enjeux architecturaux, urbains et sociaux propres à un site, et à se saisir de la question énergétique comme d’une opportunité pour améliorer le cadre de vie de ses habitants.
La visite de la résidence du Parc à Meudon-la-Forêt, objet du Mardi du CAUE du 31 janvier et la présentation de la rénovation de ses 2635 logements, qu’étudie son syndicat de copropriétaires avec l’aide du cabinet d’architecture Alluin et Mauduit, éclairait l’intérêt de ce positionnement. A l’instigation du CAUE 92, un diagnostic approfondi a été engagé sur l’ensemble de la résidence en lieu et place d’une étude à vocation uniquement thermique. Il s’agit pour les architectes, de fonder les modifications envisagées aujourd’hui, mais aussi celles à venir, sur une lecture détaillée de l’histoire du bâti, de ses techniques constructives et de son état actuel, fonctionnement urbain et économique inclus. La grande qualité intrinsèque des bâtiments dessinés par Fernand Pouillon au début des années 60 rend l’opération particulière. Mais comme l’ont montré les débats, les difficultés rencontrées sont les mêmes que celles annoncées de façon plus générique lors de la première réunion publique : difficulté pour la copropriété à s’organiser et à trouver les bons conseils, difficulté à choisir la solution technique qui n’obère pas les qualités du bâti, difficulté à motiver les copropriétaires pour qu’ils s’impliquent dans le projet, sollicitent des aides, puis votent les travaux. Le rapport Braye ne s’y trompe pas, qui s’ouvre sur le « système complexe » que forme une copropriété.


*Selon une étude de l’Institut d’aménagement et d’urbanisme (IAU) publiée en 2009 à partir de données 2006 et 2007
**Rapport présenté par Dominique Braye, Président de l’Agence nationale de l’habitat, janvier 2012.
***éco-prêt mis en place depuis le 1/04/2012


juillet 2017
L M M J V S D
26 27 28 29 30 1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
31 1 2 3 4 5 6

Retour sur...

La rénovation énergétique des copropriétés

Son poids dans la diminution de la consommation nationale ayant été démontré, la rénovation énergétique du parc de bâtiments existants fait désormais figure de priorité. Au sein du parc national, les copropriétés représentent 45% des logements comptabilisés. Dans les Yvelines, on en dénombre 9200 environ*. Toutes sont confrontées au tournant énergétique. Quelques pionnières l’abordent frontalement. D’autres peinent davantage à mettre la question à l’étude, ou ne se sentent pas encore concernées. Et tandis que le nombre de copropriétés euphémiquement « dégradées » ne cesse d’augmenter, le rapport Braye « Prévenir et guérir les difficultés des copropriétés ** » atteste d’une volonté publique d’intervention un peu plus en amont de l’urgence.
Conscient de l’importance du sujet, le CAUE, soucieux d’informer un public plus large que celui qui le sollicite pour des missions de conseil, a organisé deux premiers débats sur la rénovation énergétique des copropriétés. Le premier à Triel-sur-Seine en novembre dernier, le second à Meudon-la-Forêt, fin janvier.
La première manifestation était l’occasion de faire un point sur les modifications apportées au contexte réglementaire par la Loi Grenelle 2 et ses décrets, encore attendus pour la plupart : modification des règles de majorité de la loi de copropriété de 1965, « décret fenêtre », diagnostic de performance énergétique, et éco-prêt à taux zéro collectif***. Cette soirée mettait en avant le besoin d’accompagnement des syndicats de copropriétaires en recherche d’informations fiables, de méthodologies, et d’aides financières pour se lancer dans la transformation de leurs bâtiments. Pour le CAUE, il s’agissait également d’attirer l’attention sur un oubli fréquent : celui de l’architecture.
Quand le bâti à rénover n’est pas préalablement reconnu dans ses caractéristiques urbaines et architecturales, sa rénovation est le plus souvent abordée comme une prestation technique, mesurée à l’aune d’une performance thermique et d’un gain économique.
Une autre posture consiste à prendre conscience des enjeux architecturaux, urbains et sociaux propres à un site, et à se saisir de la question énergétique comme d’une opportunité pour améliorer le cadre de vie de ses habitants.
La visite de la résidence du Parc à Meudon-la-Forêt, objet du Mardi du CAUE du 31 janvier et la présentation de la rénovation de ses 2635 logements, qu’étudie son syndicat de copropriétaires avec l’aide du cabinet d’architecture Alluin et Mauduit, éclairait l’intérêt de ce positionnement. A l’instigation du CAUE 92, un diagnostic approfondi a été engagé sur l’ensemble de la résidence en lieu et place d’une étude à vocation uniquement thermique. Il s’agit pour les architectes, de fonder les modifications envisagées aujourd’hui, mais aussi celles à venir, sur une lecture détaillée de l’histoire du bâti, de ses techniques constructives et de son état actuel, fonctionnement urbain et économique inclus. La grande qualité intrinsèque des bâtiments dessinés par Fernand Pouillon au début des années 60 rend l’opération particulière. Mais comme l’ont montré les débats, les difficultés rencontrées sont les mêmes que celles annoncées de façon plus générique lors de la première réunion publique : difficulté pour la copropriété à s’organiser et à trouver les bons conseils, difficulté à choisir la solution technique qui n’obère pas les qualités du bâti, difficulté à motiver les copropriétaires pour qu’ils s’impliquent dans le projet, sollicitent des aides, puis votent les travaux. Le rapport Braye ne s’y trompe pas, qui s’ouvre sur le « système complexe » que forme une copropriété.


*Selon une étude de l’Institut d’aménagement et d’urbanisme (IAU) publiée en 2009 à partir de données 2006 et 2007
**Rapport présenté par Dominique Braye, Président de l’Agence nationale de l’habitat, janvier 2012.
***éco-prêt mis en place depuis le 1/04/2012


MENTIONS LÉGALES NOUS CONTACTER LEXIQUE PLAN DU SITE FLUX RSS Extranet Facebook
CAUE 78 Conseil d'architecture, d'urbanisme et de l'environnement des Yvelines
3 rue de Fontenay 78000 Versailles - T: 01 39 07 75 17