Facebook
  • Portail documentaire
  • ABCdaire du particulier
  • L'observatoire des CAUE
  • Ekopolis
CAUE 78 - Conseil d’Architecture, d’Urbanisme et de l’Environnement des Yvelines
Le CAUE à l’Université des mairies des Yvelines

Le 11 octobre dernier, Elisabeth Rojat-Lefebvre, directrice du CAUE, animait devant une cinquantaine d’élus et de personnels des collectivités, une table-ronde intitulée Patrimoine et Bâtiment puis un atelier sur la VEFA.

Table-ronde Patrimoine et Bâtiment

Elisabeth Rojat Lefebvre, directrice du CAUE, animait la table-ronde Patrimoine et Bâtiment en compagnie de Thomas Marchetto, directeur du pôle patrimoine public d’Espelia, cabinet de conseil en gestion des services publics. Ce dernier replaçait le patrimoine comme le 2ème poste de dépense du budget des collectivités et incitait les élus à établir un schéma directeur du patrimoine foncier et immobilier. Présentant un « véritable carnet de santé des bâtiments » expérimenté avec l’ADEME   en Basse Normandie, il les enjoignait également à raisonner leurs équipements en coût global  , quand seulement 7% des équipements d’une collectivité font l’objet d’un amortissement.

Elisabeth Rojat-Lefebvre présentait les équipements sous l’angle de la mutualisation des usages appelée par les enjeux environnementaux. Elle attirait l’attention sur la temporalité longue de la construction (50, voire 100 ans), très longue en regard d’une mandature municipale. Images à l’appui, elle montrait des équipements publics yvelinois, que l’accompagnement du CAUE a aidé à trouver leur juste réalisation comme le musée de Moisson, le centre bourg de Saint-Illiers-la-Ville où une longère réhabilitée accueille dorénavant l’école, une épicerie et un restaurant, et une capacité à évoluer au fil du temps comme la salle des fêtes de Garancières. Elle invitait alors un élu des Mureaux, Luis Sainz, maire adjoint chargé de la vie scolaire, à venir présenter les regroupements et mutualisations opérées par la ville, pour ses locaux administratifs au début du mandat du maire actuel dès 2001, et dans la construction du pôle Molière beaucoup plus récemment. Ouvert de 6h45 à 22h30 toute l’année, dans le quartier ANRU, celui-ci réunit dans un même lieu tous les wagonnets de l’éducation : crèche, ludothèque, gymnase, écoles primaire et élémentaire, salles culturelles et associatives, restaurant et café des parents. Le pôle Léo Lagrange, réunira prochainement des usages équivalents à des équipements sportifs. Il rappelait aussi la facilité avec laquelle les habitants se sont appropriés les magnifiques jeux de deux cours d’écoles du centre ville en dehors des temps scolaires évitant ainsi à tous un long parcours à pied vers des squares équipés.

A ses côtés, la directrice du pôle Molière, Estelle Rouillé, évoquait pour sa part, le partage conflictuel de la salle des professeurs pour les écoles maternelles et primaires et la résolution de problèmes d’affichage au mur, dans des locaux aux usagers variés. Il était aussi rappelé le poids de l’entretien des bâtiments dans le budget communal et un regret exprimé par le maire de n’être pas allé assez loin dans la gestion dynamique des lieux : la directrice de l’établissement n’a pas une autonomie totale. Elle est soumise aux délais d’intervention des autres services municipaux qui ne sont parfois pas assez réactifs pour la maintenance et les réparations.

Atelier VEFA


Elisabeth Rojat Lefebvre animait ensuite un atelier sur la VEFA (Vente en l’état futur d’achèvement) qu’elle introduisait en montrant des réalisations recensées par l’Observatoire de la qualité architecturale du logement mis en place par les CAUE d’Ile de France, dont les travaux accordent une place centrale à l’habitabilité des logements. Elle posait la question suivante : alors que l’innovation et la qualité du logement ont toujours été portées par le logement social, comment poursuivre dans ce sens quand plus de 50% de la production de logt social se fait en VEFA ? La nouvelle ZAC au cœur de Rocquencourt était ensuite l’occasion de découvrir la production de logements sociaux en situation de terrain, en présence des architectes de l’agence Landscape et du promoteur Arc promotion.

Anne Demerlé-Got

Archives

juin 2018
L M M J V S D
28 29 30 31 1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 1
Vous êtes ici : ACTUALITE / Archives /

Le CAUE à l'Université des mairies des Yvelines

Le 11 octobre dernier, Elisabeth Rojat-Lefebvre, directrice du CAUE, animait devant une cinquantaine d’élus et de personnels des collectivités, une table-ronde intitulée Patrimoine et Bâtiment puis un atelier sur la VEFA.

Table-ronde Patrimoine et Bâtiment

Elisabeth Rojat Lefebvre, directrice du CAUE, animait la table-ronde Patrimoine et Bâtiment en compagnie de Thomas Marchetto, directeur du pôle patrimoine public d’Espelia, cabinet de conseil en gestion des services publics. Ce dernier replaçait le patrimoine comme le 2ème poste de dépense du budget des collectivités et incitait les élus à établir un schéma directeur du patrimoine foncier et immobilier. Présentant un « véritable carnet de santé des bâtiments » expérimenté avec l’ADEME   en Basse Normandie, il les enjoignait également à raisonner leurs équipements en coût global  , quand seulement 7% des équipements d’une collectivité font l’objet d’un amortissement.

Elisabeth Rojat-Lefebvre présentait les équipements sous l’angle de la mutualisation des usages appelée par les enjeux environnementaux. Elle attirait l’attention sur la temporalité longue de la construction (50, voire 100 ans), très longue en regard d’une mandature municipale. Images à l’appui, elle montrait des équipements publics yvelinois, que l’accompagnement du CAUE a aidé à trouver leur juste réalisation comme le musée de Moisson, le centre bourg de Saint-Illiers-la-Ville où une longère réhabilitée accueille dorénavant l’école, une épicerie et un restaurant, et une capacité à évoluer au fil du temps comme la salle des fêtes de Garancières. Elle invitait alors un élu des Mureaux, Luis Sainz, maire adjoint chargé de la vie scolaire, à venir présenter les regroupements et mutualisations opérées par la ville, pour ses locaux administratifs au début du mandat du maire actuel dès 2001, et dans la construction du pôle Molière beaucoup plus récemment. Ouvert de 6h45 à 22h30 toute l’année, dans le quartier ANRU, celui-ci réunit dans un même lieu tous les wagonnets de l’éducation : crèche, ludothèque, gymnase, écoles primaire et élémentaire, salles culturelles et associatives, restaurant et café des parents. Le pôle Léo Lagrange, réunira prochainement des usages équivalents à des équipements sportifs. Il rappelait aussi la facilité avec laquelle les habitants se sont appropriés les magnifiques jeux de deux cours d’écoles du centre ville en dehors des temps scolaires évitant ainsi à tous un long parcours à pied vers des squares équipés.

A ses côtés, la directrice du pôle Molière, Estelle Rouillé, évoquait pour sa part, le partage conflictuel de la salle des professeurs pour les écoles maternelles et primaires et la résolution de problèmes d’affichage au mur, dans des locaux aux usagers variés. Il était aussi rappelé le poids de l’entretien des bâtiments dans le budget communal et un regret exprimé par le maire de n’être pas allé assez loin dans la gestion dynamique des lieux : la directrice de l’établissement n’a pas une autonomie totale. Elle est soumise aux délais d’intervention des autres services municipaux qui ne sont parfois pas assez réactifs pour la maintenance et les réparations.

Atelier VEFA


Elisabeth Rojat Lefebvre animait ensuite un atelier sur la VEFA (Vente en l’état futur d’achèvement) qu’elle introduisait en montrant des réalisations recensées par l’Observatoire de la qualité architecturale du logement mis en place par les CAUE d’Ile de France, dont les travaux accordent une place centrale à l’habitabilité des logements. Elle posait la question suivante : alors que l’innovation et la qualité du logement ont toujours été portées par le logement social, comment poursuivre dans ce sens quand plus de 50% de la production de logt social se fait en VEFA ? La nouvelle ZAC au cœur de Rocquencourt était ensuite l’occasion de découvrir la production de logements sociaux en situation de terrain, en présence des architectes de l’agence Landscape et du promoteur Arc promotion.

Anne Demerlé-Got
MENTIONS LÉGALES NOUS CONTACTER LEXIQUE PLAN DU SITE FLUX RSS Extranet Facebook
CAUE 78 Conseil d'architecture, d'urbanisme et de l'environnement des Yvelines
3 rue de Fontenay 78000 Versailles - T: 01 39 07 75 17