Facebook
  • Portail documentaire
  • ABCdaire du particulier
  • L'observatoire des CAUE
  • Ekopolis
CAUE 78 - Conseil d’Architecture, d’Urbanisme et de l’Environnement des Yvelines
26/09/06. La terre perd la boule !

La terre perd la boule ! Urgence. Dérèglement du climat : pourquoi et comment agir ?, conférence-débat animée Elisabeth Rojat-Lefebvre, directrice du CAUE 78 avec Pascale Czobor, chargée de mission développement durable au CAUE 78, et Didier Renard, architecte conseiller du CAUE 78.

JPEG - 69.5 ko
tempête de 1999

Le dérèglement climatique en cours est sans précédent dans l’histoire. Jamais modification du milieu naturel de cette importance n’a eu lieu en si peu de temps. Il est urgent d’agir.

Nos modes de vie sont en cause, notamment notre façon de consommer les ressources. Il est possible dès aujourd’hui de préparer un cadre de vie de qualité en utilisant les ressources plus efficacement, en limitant le gaspillage, en luttant contre la pollution, en respectant les écosystèmes, en aménageant l’espace différemment, en préservant le patrimoine naturel, culturel et humain.


À partir de la connaissance du territoire, de ses ressources en eau, en énergie, de son potentiel en énergies renouvelables, des actions concrètes sont à la portée de chacun. Pascale Czobor a présenté sous forme de diaporama « le climat, les ressources et le contexte juridique ». Des réalisations « démonstratives », présentées par Didier Renard, ont illustré ces propos :
- la maison bioclimatique autonome : maison à Monsols, Rhône, de l’Atelier de l’Entre
- la maison en site urbain : maison passive à Giessen, Allemagne, de Lubenov et Peters
- l’habitat collectif : immeuble Salvatierra à Rennes, de Jean Yves Barrier
- les quartiers d’habitat : ensemble résidentiel BedZED à Londres, de Bill Dunster
- des équipements : lycée agricole Etienne Gautier à Ressins, Loire, de Dominique Mollard, et le Jubilée Campus à Nottingham, de Hopkins et Partners sont quelques exemples qui proposent des réponses architecturales et techniques, nombreuses et très diverses.

Ces réalisations démontrent que des actions sont possibles à toutes les échelles, pour tous les programmes. En outre, la combinaison de plusieurs actions permet de rendre ces bâtiments plus performants. Ainsi, il est nécessaire d’aborder les projets avec une démarche globale pour définir les priorités et les complémentarités à mettre en œuvre et aborder les points suivants :
- pour les nouvelles constructions, étudier minutieusement l’implantation des bâtiments sur le site, en prenant en compte tous les paramètres (orientation, protection aux vents, masses végétales, économie d’espace ...)
- pour l’existant comme pour les nouveaux projets, optimiser l’isolation thermique de l’enveloppe par l’emploi de matériaux d’isolation performants et écologiques, la mise en application de principes d’isolation et de techniques aujourd’hui encore peu répandus en France comme l’isolation par l’extérieur ou les toitures végétalisées
- réaliser la protection des ouvertures au vent, au froid mais aussi au soleil, par une réinterprétation d’éléments architecturaux simples mais ancestraux tels que volets, stores, pergolas, auvents ...
- organiser judicieusement les espaces de vie à l’intérieur des bâtiments
- adapter la ventilation et les sources de chauffage
- enfin par le recours aux énergies renouvelables et leurs modes d’utilisation les plus performants tels que, par exemple, le solaire thermique pour l’eau chaude sanitaire et pour le chauffage par plancher solaire direct


Débat :
- Etudier le projet très en amont permet de faire des choix engendrant des économies d’investissement. Il importe donc désormais de raisonner en termes de coût global  , c’est-à-dire d’envisager le projet en intégrant, dès le début des études, tous les coûts directs et indirects, depuis le choix du site (nécessité de créer des voiries, des réseaux..., par exemple), la conception, la réalisation, l’entretien, jusqu’à la démolition éventuelle.
- Se tourner vers les énergies renouvelables, et notamment l’énergie éolienne, implique que le projet soit accepté par la population. Un projet réussi se fait en concertation avec les habitants de la commune et des communes voisines, à partir d’études paysagères, de la connaissance de la ressource éolienne et des possibilités de raccordement au réseau. Des retours d’expériences montrent aujourd’hui que les riverains d’éoliennes sont satisfaits de leur présence. L’impact paysager des éoliennes est important. Il s’agit de réfléchir à leur installation à l’échelle du grand paysage ; le niveau départemental, voire régional, est ainsi adapté.


- programme : (pdf)
- Diaporama : (pdf)
- Bibliographie : (pdf)

novembre 2017
L M M J V S D
30 31 1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 1 2 3

26/09/06. La terre perd la boule !

La terre perd la boule ! Urgence. Dérèglement du climat : pourquoi et comment agir ?, conférence-débat animée Elisabeth Rojat-Lefebvre, directrice du CAUE 78 avec Pascale Czobor, chargée de mission développement durable au CAUE 78, et Didier Renard, architecte conseiller du CAUE 78.

JPEG - 69.5 ko
tempête de 1999

Le dérèglement climatique en cours est sans précédent dans l’histoire. Jamais modification du milieu naturel de cette importance n’a eu lieu en si peu de temps. Il est urgent d’agir.

Nos modes de vie sont en cause, notamment notre façon de consommer les ressources. Il est possible dès aujourd’hui de préparer un cadre de vie de qualité en utilisant les ressources plus efficacement, en limitant le gaspillage, en luttant contre la pollution, en respectant les écosystèmes, en aménageant l’espace différemment, en préservant le patrimoine naturel, culturel et humain.


À partir de la connaissance du territoire, de ses ressources en eau, en énergie, de son potentiel en énergies renouvelables, des actions concrètes sont à la portée de chacun. Pascale Czobor a présenté sous forme de diaporama « le climat, les ressources et le contexte juridique ». Des réalisations « démonstratives », présentées par Didier Renard, ont illustré ces propos :
- la maison bioclimatique autonome : maison à Monsols, Rhône, de l’Atelier de l’Entre
- la maison en site urbain : maison passive à Giessen, Allemagne, de Lubenov et Peters
- l’habitat collectif : immeuble Salvatierra à Rennes, de Jean Yves Barrier
- les quartiers d’habitat : ensemble résidentiel BedZED à Londres, de Bill Dunster
- des équipements : lycée agricole Etienne Gautier à Ressins, Loire, de Dominique Mollard, et le Jubilée Campus à Nottingham, de Hopkins et Partners sont quelques exemples qui proposent des réponses architecturales et techniques, nombreuses et très diverses.

Ces réalisations démontrent que des actions sont possibles à toutes les échelles, pour tous les programmes. En outre, la combinaison de plusieurs actions permet de rendre ces bâtiments plus performants. Ainsi, il est nécessaire d’aborder les projets avec une démarche globale pour définir les priorités et les complémentarités à mettre en œuvre et aborder les points suivants :
- pour les nouvelles constructions, étudier minutieusement l’implantation des bâtiments sur le site, en prenant en compte tous les paramètres (orientation, protection aux vents, masses végétales, économie d’espace ...)
- pour l’existant comme pour les nouveaux projets, optimiser l’isolation thermique de l’enveloppe par l’emploi de matériaux d’isolation performants et écologiques, la mise en application de principes d’isolation et de techniques aujourd’hui encore peu répandus en France comme l’isolation par l’extérieur ou les toitures végétalisées
- réaliser la protection des ouvertures au vent, au froid mais aussi au soleil, par une réinterprétation d’éléments architecturaux simples mais ancestraux tels que volets, stores, pergolas, auvents ...
- organiser judicieusement les espaces de vie à l’intérieur des bâtiments
- adapter la ventilation et les sources de chauffage
- enfin par le recours aux énergies renouvelables et leurs modes d’utilisation les plus performants tels que, par exemple, le solaire thermique pour l’eau chaude sanitaire et pour le chauffage par plancher solaire direct


Débat :
- Etudier le projet très en amont permet de faire des choix engendrant des économies d’investissement. Il importe donc désormais de raisonner en termes de coût global  , c’est-à-dire d’envisager le projet en intégrant, dès le début des études, tous les coûts directs et indirects, depuis le choix du site (nécessité de créer des voiries, des réseaux..., par exemple), la conception, la réalisation, l’entretien, jusqu’à la démolition éventuelle.
- Se tourner vers les énergies renouvelables, et notamment l’énergie éolienne, implique que le projet soit accepté par la population. Un projet réussi se fait en concertation avec les habitants de la commune et des communes voisines, à partir d’études paysagères, de la connaissance de la ressource éolienne et des possibilités de raccordement au réseau. Des retours d’expériences montrent aujourd’hui que les riverains d’éoliennes sont satisfaits de leur présence. L’impact paysager des éoliennes est important. Il s’agit de réfléchir à leur installation à l’échelle du grand paysage ; le niveau départemental, voire régional, est ainsi adapté.


- programme : (pdf)
- Diaporama : (pdf)
- Bibliographie : (pdf)

MENTIONS LÉGALES NOUS CONTACTER LEXIQUE PLAN DU SITE FLUX RSS Extranet Facebook
CAUE 78 Conseil d'architecture, d'urbanisme et de l'environnement des Yvelines
3 rue de Fontenay 78000 Versailles - T: 01 39 07 75 17